spectredelalumiredujour.bmp

 lescouleurs.bmp

Suite du cours (troisième)

380 nanomètres = onde courte = bleue

IRC = Indice de Rendu des Couleurs

Les cônes : vision des couleurs

Les bâtonnets : vision

Certaines radiations sont absorbées par les objets, d’autres sont réfléchies.

Je n’ai pas la même lumière : le matin, le soir, l’hiver et l’été.

L’éclairage artificiel est stable.

La perception de la couleur est changeante, elle est fonction de l’éclairement (toujours instable de la nature), et de l’œil de celui qui la perçoit, (différent d’une personne à l’autre).

L’objet est visible à notre œil par sa luminance (réflexion de la lumière sur l’objet).

Une même couleur peut avoir des apparences différentes.

Lorsque l’on additionne les couleurs lumière : c’est la synthèse additive du rouge, du vert et du bleu qui font du blanc.

La synthèse soustractive des couleurs matière (magenta, jaune et cyan) donnent du noir.

Les couleurs secondaires de lumière sont les couleurs primaires de matière.

Les couleurs secondaires de matière sont les couleurs primaires de lumière.

Synthèse additive : le mélange du bleu et du vert donne du cyan

Les couleurs de lumière et de matière sont complémentaires.

La lumière blanche du soleil sert de référence pour toutes les sources lumineuses artificielles (lampes) ;

Les sources artificielles ne peuvent que s’approcher des effets moyens de la lumière solaire.

Certaines lampes sont très proches : lampes à incandescence,

D’autres sont très éloignées : lampes à sodium basse pression (tunnel)

Une lampe va renvoyer les couleurs plus ou moins fidèlement en fonction de l’étendue de son spectre…

Un spectre est discontinu si le rayonnement émis par une source lumineuse privilégie certaines longueurs d’ondes. Les lampes fluorescences ont un spectre continu. (tubes fluorescents)

Indice de Rendu des Couleurs (IRC) L’IRC est un critère qualitatif d’une source lumineuse artificielle. L’IRC permet d’évaluer la qualité de rendu d’une source, de sa fidélité aux couleurs. La valeur de l’IRC est comprise entre 0 et 100. Un IRC < 50 est un mauvais IRC Un IRC = 80 est un IRC moyen Un IRC > 85 est un bon IRC Lampes sodium basse pression : IRC = 5 (lampe monochromatique) 

Lampes fluorescences (tubes ou lampes compactes) peuvent avoir un IRC = 95, même si le spectre n’est pas continu. Les lampes à incandescence (usuelles ou halogènes) ont un IRC de 100 dû à l’homogénéité de leur spectre lumineux (toutes les λ du spectre sont représentées. Les couleurs ne seront pas modifiées.) La température de couleur  La température de couleur est un critère qualitatif de lumière. La tonalité de la lumière est définie par sa température de couleur, (couleur virtuelle), en référence à la lumière blanche pure. La température de couleur Tc se mesure en degrés KELVIN (°K). Une barre d’acier n’émet pas de lumière visible, mais si la barre est chauffée, elle produit de la lumière qui varie au fur et à mesure. Parc André Citroën : Lumière chaude –

t. de couleur faible Tc < 3.300° K Lumière froide –

t. de couleur élevée Tc > 5.300° K 

Lumière intermédiaire :  3.300° K < Tc > 5.300° K 

La température de couleur est un critère qualitatif d’une source de lumière artificielle. La température de couleur permet d’évaluer la couleur incidente d’une lumière. La couleur d’une lampe (chaude ou froide) permet de déterminer les ambiances d’un espace. Bougie : Tc = 2000°K Tc = 1950° K : couleur orange 6500° K : couleur bleue Température de Couleur 

Température de couleur et niveau d’éclairement Plus la température de couleur est faible (lumière chaude), plus le niveau d’éclairement doit être faible. Plus la température de couleur est forte (lumière froide), plus le niveau d’éclairement doit être important. Ex. lumière solaire Plus faible intensité au lever et au coucher du soleil – lumière chaude. Plus forte intensité… La gamme de Tc. Est très étendue 

Lumières naturelles Lumière « glacée » des pays Nordiques : 10.000°K (ciel bleu froid) Lumière « ciel nuageux » : 7500°K (ciel blanc bleuté et froid) Lumière « soleil au zénith » : 5500°K à 6500°K (ciel référence « lumière du jour ») Lumière « coucher de soleil » : (ciel rose oranger) 2000°K Lumières artificielles 

Lampes sodium hp : 1950 à 2100°K La lampe au mercure : la lumière de cette lampe ne contient pas de rouge. La lampe au sodium HP : sodium et aluminium se combinent pour produire une lumière bleu-rose. La lampe au sodium BP : source monochromatique ne permettant pas de visualiser les couleurs mais les contrastes. Souvent utilisées pour l’éclairage public. 

Eliminer l’éblouissement qui est causé par un trop fort contraste entre source lumineuse et son environnement. Eblouissement d’une lampe nue. Voir la lumière mais pas la source Masquer les sources, Corniches lumineuses, Eclairage indirect, Abats jours, réflecteurs, etc. Eclairer les murs et les plafonds (éclairages indirects), 

Multiplier les sources (sources ponctuelles plus nombreuses mais moins denses) Création de plages d’ombres et de lumière Climat et ambiances L’ambiance contrebalance le climat : Climat froid – ambiance chaude (bois) – lumière chaude – faible niveau d’éclairement Climat chaud – ambiance froide (marbre) – lumière froide – niveau d’éclairement élevé. 

Harmoniser lumières et couleurs Mur bleu éclairé par une source lumineuse froide (6.500° K) Haut niveau d’éclairement Mur jaune éclairé par une source lumineuse chaude ( 2.700°K)  Faible niveau d’éclairement, Rappel : un bon IRC > 85